30 avr. 07

Intro

Catherine de MedicisHenri IIBienvenue sur le blog consacré aux portraits des Derniers Valois.

Ce blog vous propose de découvrir l'iconographie des Derniers Valois.

Pour chaque membre de la famille royale, vous trouverez une galerie de portrait. Cliquez sur les images ou sur l'une des catégories placées dans la colonne de droite pour y accéder.

Le but de ces galeries est de répertorier les portraits des Derniers Valois. Comme qu'il en existe un nombre très conséquent, il ne s'agit pas d'établir un catalogue exhaustif. Ne sont présentés que les portraits essentiels pour comprendre l'évolution iconographique des Derniers Valois. La primeur étant donnée aux portraits du XVIe siècle, les galeries ne vont guère au-delà du XVIIe siècle.

La plupart des images postées dans ces galeries, proviennent de de la toile. Les images ne sont donc pas forcément libres de droit. Pour connaître l'origine de ces images, la source de chacune d'entre elles est indiquée.

Bonne visite !

 

François II, roi de FranceElisabeth de France, reine d'EspagneClaude de France, duchesse de LorraineCharles IX, roi de FranceHenri III, roi de France

 

 

 

 

 

Marguerite de Valois, reine de NavarreFrançois de Valois, duc d'AnjouDiane de France, duchesse d'Angoulême

 

 

 

 

 

Cliquez sur l'un des personnages pour accéder à la galerie qui les concerne.

Posté par Andelot à 09:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Les nouveautés


Ce blog est ouvert depuis le 30 avril 2007. Je le mets à jour de temps en temps en rajoutant des portraits dans les articles déjà publiés.

 Les Nouveautés :

 

Mai 2018

  • Ajout de quelques petits portraits d'Henri III.

Avril 2018

 Février 2018

  • Claude de France,alte pinakothekInstitution du rosaireAjout d'une illustration en couleur du portrait de Claude de France, duchesse de Lorraine peint par Clouet et conservé à Munich (ci-contre image de droite).
  • Remise à jour des articles consacrés à Claude et de ses illustrations (dont l'Institution du rosaire, conservé au musée Lorrain de Nancy).

  

 

Diane, Krannert art museumClaude_de_France_en_pied_louvreJuillet 2017

  • Ajout de plusieurs portraits de la reine Claude de France, dont l'un la représente en pied dans une robe fleurdelysée et mise à jour de l'article (ci-contre image de gauche).
  • Ajout d'un portrait de Catherine de Médicis (musée du château de pau)

Septembre 2016

Marguerite de Valois - Dresde

Août 2015

  • Ajout d'un portrait de Marguerite de Valois conservé à la Gemäldegalerie Alte Meister à Dresde (ci-contre). Il s'agit de la copie d'une peinture dont le crayon est conservé à la BnF.

 

Juillet 2015

Henri III en prière au pied du Christ en croix

          • Ajout d'une image en couleur du tableau représentant Henri III en prière au pied du Christ en croix. L'oeuvre appartenait au musée du Louvre mais avait disparu depuis la Seconde guerre mondiale. Elle est réapparue en 2014 à l'occasion d'une vente chez Drouot. Lorsque j'ai présenté cette peinture en 2007, je n'avais pu poster qu'une reproduction en noir et blanc. La peinture avait été photographiée et inventoriée dans un vieux catalogue du musée datant des années 1920.

Mai 2015

Elisabeth de Valois, reine d'Espagne, suiveur de François Clouet

          • Ajout d'un très beau portrait peint de la princesse Elisabeth de France, reine d'Espagne, mis en vente chez Christie's en juin 2015. Il n'est pas sans rappeler le portrait de la princesse Marguerite de France duchesse de Berry, vendu en 2011, dans la même maison. Les deux portraits sont proches par la datation (fin du règne d'Henri II). Leur récente apparition sur le marché de l'art à quatre années d'intervalle montre qu'il existe encore des portraits inédits des derniers Valois et présage de bonnes nouvelles en perspective !

Mai 2014

François de Valois à la messe par Bol, Hans (1534-1593)

          • Ajout d'une image en couleur d'une miniature représentant le prince François de Valois, duc d'Anjou assistant à la messe.

Mars et avril 2013

Catherine de Médicis, royal collectionElisabeth Cleveland art museum

          • Ajout d'un portrait en buste de Catherine de Médicis réalisé par Germain Pilon et appartenant à la collection royale de Grande-Bretagne.
          • Ajout d'un dessin de la reine Elisabeth d'Autriche.

 

Henri III PiasaHenri III LyonCatherine, ses deux fils rois et brusOctobre 2012

          • Ajout de plusieurs portraits représentant le roi Henri III dont l'un est un portrait en pied le représentant avec des membres de sa famille.

 

Septembre 2012

          • Effigie de Marguerite en 1615Ajout d'une gravure exceptionnelle représentant la veillée funéraire de la reine Marguerite de Valois en 1615. Elle rappelle le statut exceptionnel qu'occupait la reine à sa mort et sa renommée.

 

Août 2012

          • ACatherine (Florence)jCatherine (Florence)Catherine DrouotCatherine par Vasariout de plusieurs portraits de Catherine de Médicis et renouvellement des articles qui lui sont consacrés.

 Juillet 2012

          • Ajout de deux portraits inédits de la reine Elisabeth d'Autriche.
          • Elisabeth d'autricheElisabeth d'AutricheHenri d'anjouAjout d'un nouvel arbre généalogique : celui des Bourbons avec une présentation des membres protestants de la famille.
          • Ajout d'un portrait du duc d'Anjou (futur Henri III)

Octobre 2011

          • Ajout d'un très beau portrait - inédit - de Marguerite de France, duchesse de Berry, la chère amie de la reine Catherine. Le portrait, réalisé sous le règne de Henri II, son frère, est d'une qualité qui peut faire supposer qu'il s'agisse d'un travail de François Clouet lui-même. Son apparition sur le marché de l'art montre qu'on peut encore trouver de véritables chefs-d'oeuvre dans les collections privées.

                                      Marguerite de France

Posté par Andelot à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bibliographie


Ouvrages d’art généraux, catalogues d'exposition,
etudes et catalogues raisonnés (classement chronologique)

 

- Bruno PETEY-GIRARD et Magali VENE (dir.), François Ier : Pouvoir et image, BnF, 2015
- Thierry CREPIN-LEBLOND (et al.), Une reine sans couronne ? Louise de Savoie, mère de François 1er, Les éditions Rmn-Grand Palais, 2015
- Pascal BRIOIST (et al.), Louise de Savoie (1476-1531), Presses universitaires François-Rabelais, 2015
- Isabelle HAQUET, L’énigme Henri III, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

-
Ordine NUCCIO, Trois couronnes pour un roi : la devise d'Henri III et ses mystères, Les Belles lettres, 2011

henri III_trois_couronneshenri II imagesfrancois_pourvoiretimageune reine sans couronneLouise-de-Savoie-1476-1531

 

 

 

 

 

- Alexandra ZVEREVA, Portraits dessinés de la cour des Valois. Les Clouet de Catherine de Médicis, Arthena, Paris, 2011.
- Alexandra ZVEREVA, Le cabinet des Clouet au château de Chantilly. Renaissance et portrait de cour en France, Nicolas Chaudun, collection « Éditions Nicola », 2011.
- Revue de l'art : Costume de cour au XVIe siècle, Paris, Ophrys, n°174/2011-4.
- Pierre-Gilles GIRAULT, Mathieu MERCIER (dir.), Fêtes & Crimes à la Renaissance. La cour d'Henri III, Paris, Somogy éditions d'art, 2010.
- Marianne GRIVEL, « "Au sieur Rabel, parangon de la pourtraicture". Nouvelles recherches sur les peintres-graveurs français de la fin du XVIe siècle : l’exemple de Jean Rabel », in H. ZERNER et M. BAYARD (dir.), Renaissance en France, renaissance française ?, Paris, 2009, p. 227-292.

Portraits dessinés de la cour des ValoisLe cabinet des ClouetRevue 2011 Costume de courFêtes et crimes à la RenaissanceRenaissance en France, Renaissance francaise ?

 

 

 

 

 

 - Philippe MARTIN (sous la dir.), La pompe funèbre de Charles III, 1608, Editions Serpenoise, Metz, 2008.
- Thierry Crépin-Leblond (dir.), Marie Stuart. Le destin français d'une reine d'Ecosse, Paris, RMN, 2008.
- Patronnes et mécènes en France et à la Renaissance (études réunies par Kathleen Wilson-Chevalier), publications de l'Université de Saint-Etienne, 2007
- Daniel LECOEUR, Daniel Dumonstier (1574-1646), Arthena, 2006.
- Isabelle de CONIHOUT (et al.), Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006.

La pompe funèbre de Charles IIIMarie Stuart, le destin françaisPatronnes et mecènesDaniel DumosntierHenri III mécène

 

 

 

 

 

Pierre-Gilles GIRAULT, François Ier, images d’un roi, de l’histoire à la légende, Paris : Somogy, 2006 (cat. expo)
- H. OURSEL et J. FRITSCH (dir.), Henri II et les arts : Actes du colloque international, École du Louvre et Musée national de la Renaissance-Écouen, 1997, La Documentation Française, 2003
- G.LAMBERT, Dessins de la Renaissance, collection de la Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, BnF, 2003
- Alexandra ZVEREVA, Les Clouet de Catherine de Médicis : chefs-d’œuvre graphiques du musée Condé, Paris,  Somogy, 2002
- Etienne JOLLET, Jean et François Clouet, Paris, Lagune, 1997

François Ier, images d'un roiHenri II et les artsDessins de la renaissanceLes Clouet de CatherineJean et François Clouet

 

 

 

 

 

- Anne DUBOIS DE GROER, Corneille La Haye, dit Corneille de Lyon, Arthéna, 1997.
- Cécile SCAILLEREZ, François Ier par Clouet, Paris, RMN, 1996.
- Henri ZERNER, L'art de la Renaissance en France. L'invention du classicisme, Paris, Flammarion, 1996.
- André CHASTEL, L’art français. Temps modernes. 1430-1620, Paris, Flammarion, 1994 (réédition en 2000).
- G.BRESC-BAUTIER (dir.), Germain Pilon et les sculpteurs français de la Renaissance, Paris, La documentation française, 1993.

Corneille La Haye, dit Corneille de LyonFrançois Ier par ClouetL'art de la RenaissanceL’art français, temps modernesGermain Pilon

 

 

 

 

 

- S.BARATTE, Léonard Limosin au musée du Louvre, Paris, RMN, 1993.
- J.THUILLIER et C. PETRY (dir.), L’art en Lorraine au temps de Jacques Callot, Paris, Rmn, 1992 (catalogue d'exposition).
- L.CAMPBELL, Portraits de la Renaissance, Paris, Hazan, 1991.
Henri IV et la reconstruction du royaume, Paris, RMN, 1989 (catalogue d'exposition).
- Banco Cattolico del Veneto, Venezia e Parigi, Milano, Electa, 1989.
- D.BENTLEY-CRANCH, « L'iconographie de Marguerite de France », in Culture et pouvoir au temps de l'humanisme et de la Renaissance. Actes du Congrès Marguerite de Savoie, Paris, Slatkine, 1978, p. 243-256.

- P.MELLEN, Jean Clouet, catalogue raisonné, dessins miniatures et peintures, Paris, Flammarion, 1971.
- J.ADHEMAR, Les Clouet et la cour des rois de France, de François Ier à Henri IV, Paris, Bnf, 1970.
- S.BEGUIN, Il Cinquecento Francesco, Milan, Fratelli Fabri Editori, 1976.
- F.YATES, The Valois tapestries, London, Warburg institute, 1959.
- J.ADHEMAR, Le dessin français au XVIe siècle, Lausanne, Mermod, 1954.
- H.MALO, Les Clouet de Chantilly, Paris, Laurens, 1932.
- L.DIMIER, Histoire de la peinture de portrait en France au XVI e siècle, 3 vol., Paris, 1924-1926.
- E.MOREAU-NELATON, Le portrait en France à la cour des Valois ; crayons français conservés dans la collection de M.G.Slting à Londres, Paris, 1909.
- E.MOREAU-NELATON, Le portrait à la cour des Valois ; crayons français du XVIe siècle conservés au Musée Condé à Chantilly,  Paris, Librairie centrale des Beaux-Arts, 1908.

 

 Catalogues de musées

 

- F. GETREAU, Musée Jacquemart-André, peintures et dessins de l'école française, Paris, Institut de France, Michel de Maule, 2011.
- Fondation Bemberg, Peintures anciennes : de Cranach à Tiepolo, Paris, Somogy, 2000.
- J-M.BRUSON, Peintures du musée Carnavalet : catalogue sommaire, Paris, Paris musées, 1999.
- M-H.TESNIERE, Trésors de la Bibliothèque nationale de France, Volume I, Mémoires et merveilles VIIIe-XVIIIe siècle, Paris, BnF, 1996.
- C.CONSTANS, Musée national du château de Versailles, 3 vol, Paris, RMN, 1986.
- Muséee Pouchkine, Le dessin français des XVIe-XVIIIe siècles : la collection du mus&e des beaux-arts Pouchkine à Mouscou, Moscou, Izobrazitzlnoïe iskousstivo, 1977.
- P.ROSENBERG, Pittura francese nelle collezioni pubbliche fiorentine, Firenze, Centro Di, 1977.
- A.CHATELET, F-G.PARISET, R.de BROGLIE, Chantilly, musée Condé ; Peintures de l’école française, XVe- XVIIe siècles, Paris, RMN, 1970.
- C.STERLING, Peintures : école française XIVe, XVe et XVIe siècles, Paris, Musées Nationaux, 1965.
- J.GUIFFREY, La peinture au musée du Louvre : Ecole française, Paris, Illustration, 1923.

 

Biographies sélectives

- Didier LE FUR, Henri II, Tallandier, 2009.
- R.J.KNECHT, Catherine de Médicis, Longman, 1998.
- M.SIMONIN, Charles IX, Paris, Fayard, 1995.
- E.VIENNOT, Marguerite de Valois : histoire d'une femme, histoire d'un mythe, Payot, coll. « Grande Bibliothèque Payot », 1994.
- Ivan CLOULAS, Henri II, Paris, Fayard, 1985.
- Pierre CHEVALLIER, Henri III : roi shakespearien, Paris, Fayard, 1985.
- N.C.ROELKER, Jeanne d’Albret, reine de Navarre 1528-1575, Paris, Imprimerie Nationale, 1979.
- P.CHAMPION, La jeunesse de Henri III (1551-1571), Paris, Grasset, 1942.
- P.CHAMPION, La jeunesse de Henri III (1571-1574), Paris, Grasset, 1942.
- P.CHAMPION, Henri III, roi de Pologne, Paris, Grasset, 1951.

Posté par Andelot à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Avertissement


oeil_ValoisVous constaterez que je ne me sers pas du blog comme un blog doit être utilisé. Au lieu de publier les articles dans l'ordre chronologique de leur rédaction, je change leur date pour les ranger dans l'ordre que je souhaite (par exemple, le message que vous lisez, je l'ai écrit le 14 juillet 2007). Les dates ne m'importent peu et il ne faut pas y prêter attention.

En faite, un site aurait été préférable. Alors pourquoi un blog ?  La réponse est très simple. C'est par manque de temps. N'étant pas un expert en informatique, il était plus facile pour moi de mettre ces galeries sur un blog.

Posté par Andelot à 09:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Les erreurs d'interprétations iconographiques

CompositionL'objectif de ce blog est de reconstituer l'iconographie des derniers Valois. Par manque de connaissance sur l'évolution du costume, trop d'erreurs d'identification ont été commises. De nombreux portraits ont été mal interprétés, or l'étude du costume permet de dater un portrait avec précision. Encore aujourd'hui, on trouve fréquemment des erreurs dans les légendes.

Vous verrez qu'il faut très souvent remettre en cause l'interprétation traditionnelle des portraits. Il faut aussi se méfier des images qu'on trouve dans les livres d'histoire, même dans ceux qui sont de qualité et qui servent de référence. Les erreurs sont encore plus nombreuses sur internet. Même sur des sites de référence, il arrive de trouver des erreurs. On ne peut le leur reprocher. Le travail de catalogage est immense et on ne peut que saluer le travail d'inventaire réalisé par les musées.

Cette partie du blog est consacrée aux erreurs d'interprétation. C'est la seule partie qui fonctionnera vraiment comme un blog.

L'attention est donnée au costume, car c'est ce qui permet de dater et de confirmer l'identification.

En haut à gauche, portrait de Marie Stuart, personnellement recomposé à partir des éléments de costume de trois périodes différentes.

Posté par Andelot à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les portraits de Catherine de Médicis (1519-1589)

Catherine_de_MedicisReine de France, régente du royaume, mère de trois rois de France, d'une reine d'Espagne et d'une reine de Navarre, Catherine de Médicis est l'une des figures les plus emblématiques du XVIe siècle.

Dotée d'une grande intelligence, d'un esprit supérieur et d'un inébranlable optimisme, Catherine a gouverné le royaume de France pendant plus d'une quinzaine d'année. Son plus grand souci fut le maintien de l'Etat contre les formes subversives de la guerre civile.   

Cette galerie iconographique permet d'illustrer les différentes étapes de sa vie, longue de 70 ans.

 Galerie de portraits de Catherine de Médicis

Posté par Andelot à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Catherine de Médicis à 17 ans, par Corneille de LyonPortrait de Catherine de Médicis à l'âge de 17 ans environ, peint par Corneille de Lyon

Source de l'image : Bridgeman (Polesden Lacey, The national trust)

Catherine de Médicis est née à Florence d'un père italien et d'une mère française qu'elle n'a pas connu. Orpheline, elle grandit à Florence, puis à Rome sous l'autorité de son cousin le pape Clément VII.

En 1533, elle est mariée au deuxième fils du roi de France, Henri duc d'Orléans. Elle n'a alors que 14 ans. Son mariage qui a lieu à Marseille, fait l'objet de fêtes magnifiques. Personne ne se doute alors qu'elle sera un jour la matriarche de la maison des Valois.

Trois ans plus tard, à l'occasion d'un séjour de la cour à Lyon, le peintre hollandais Corneille de Lyon a réalisé l'un de ses premiers portraits (ci-contre).

Catherine de Médicis (Chantilly)Catherine de Médicis (Versailles)Le portrait de Corneille fait écho aux témoignages des contemporains sur l'absence de charme physique de la princesse florentine. Catherine était déjà marquée par une certaine corpulence.

Peu habituée aux manières de la cour et parlant difficilement français, elle  avait de la peine à capter l'attention de son mari le duc d'Orléans, plus préoccupé par les formes mûres de Diane de Poitiers, la cousine de Catherine.  

Le portrait  de Polesden Lacey a fait l'objet de deux répliques d'atelier, aujourd'hui conservées dans des collections françaises (ci-contre) :

Source des images : Agence photographique de la Rmn (Versailles, musée national) ; Agence photographique de la Rmn (Chantilly, musée Condé)

Catherine de Médicis par Santi di Tito vers 1585Catherine par VasariLe portrait peint par Corneille de Lyon a été repris et réinterprété par plusieurs artistes italiens de la seconde moitié du XVIe siècle ; tout d'abord par Vasari pour décorer le palais Vecchio à Florence (ci-contre à gauche) et plus tard dans les années 1580, par Santi di Tito (ci-contre à droite).

Tandis que Vasari a vieilli expressément le visage de la reine, Santi di Tito semble ne pas avoir compris la mode de l'époque et n'est pas parvenu à reconstituer le costume (cela se voit au niveau des manches  ; voir les portraits de la reine Eléonore, de Marguerite de Navarre ou de Marguerite de France qui présentent des costumes plus vraisemblables que celui imaginé par Santi di Tito).

Caterina_Cristofano_dellAltissimo_UffiziC'est également le portrait de Corneille  de Lyon que le peintre Cristofano dell'Altissimo choisit de copier pour la grande galerie de portraits commandée par Cosme Ier de Médicis (ci-contre).

Source des images : Polo museale fiorentino (Florence, palais Vecchio) ; Agence photographique de la Rmn (Florence, galerie des Offices) ; Italianways (Florence, galerie des Offices)

 

 

 

Dame inconnue vers 1540Portrait inédit de Catherine de Médicis réalisé aux alentours des années 1540

Ce portrait a été mis en ligne dans la base d'images de la RMN, sous le titre de dame inconnue. L'identification de ce portrait à la dauphine reste donc à confirmer. Personnellement, je trouve qu'il ne fait aucun doute qu'il s'agisse de Catherine de Médicis. La dame inconnue représentée sur ce dessin possède les même yeux, les mêmes sourcils, la même forme du visage, le même nez et la même bouche que les portraits directement antérieurs et postérieurs de la dauphine.

Ce portrait est très intéressant car il illustre mieux que les portraits précédents, le physique ingrat de Catherine.

Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)

 

 

 

Portrait présumé de Catherine de Médicis, BnFCet autre dessin représenterait également Catherine de Médicis jeune fille mais le portrait est assez idéalisé et le costume a été retouché dans les années 1560. Un dessinateur lui a rajouté une encolure avec collerette et une coiffure moderne en raquette avec des boucles.

Ce portrait représente-il vraiment Catherine de Médicis ?

Source (Paris, Bnf)

 

 

 


Article modifié en août 2012, avril 2018

Posté par Andelot à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La reine de France (1547)


Catherine de Médicis, dessin de seconde main (CNAM)Portrait de Catherine de Medicis, d'après un dessin de François Clouet

A la mort de François Ier en 1547, Catherine de Médicis devient reine de France. A cette occasion, François Clouet, portraitiste officiel du roi, a certainement réalisé son portrait, mais malheureusement ce portrait ne nous est parvenu que par des copies. 

On y voit Catherine porter ce que les Anglais appellent le French hood, une sorte de coiffe que les dames de la cour portaient dans la première moitié du XVIe siècle. Ses épaules sont recouvertes d'une gorgerette constellée de perles et de bijoux.blan

Catherine de Medicis, copie de la BnFCatherine de Médicis, the Asmolean museumLa royne mère, the Asmolean museumSource : (Paris, Conservatoire national des arts et métiers) ; ? (Paris, Bnf) ; (Oxford, The Asmolean museum) ; (Oxford, The Asmolean museum)

 

Catherine de MédicisLe dessin de Clouet a du faire l'objet de nombreux portraits peints, mais très peu d'entre eux nous sont parvenus (ci-contre à gauche)

Source : Rmn (Versailles, musée du château)

Catherine de Médicis (Versailles)On le retrouve également en émail, tel ce petit portrait, mal reproduit ici, inséré dans un décor de style typiquement Renaissance.

Source : Ivan Cloulas, Diane de Poitiers, 1997

 

 

 

 

 

 

 

Catherine_de_Medicis_Huys_Liefrinck_Britih-smuseumPortrait en pied de Catherine de Médicis gravé par Frans Huys et imprimé par l'éditeur anversois Hans Liefrinck

Source de l'image : (Londres, British museum) ou (Amsterdam, Rijkmuseum)

Catherine de Médicis a fait l'objet de plusieurs portraits gravés la représentant en tant que reine de France. Elle porte le costume de cour tel qu'il était à la mode en France dans les années 1550.

Portrait équestre de CatherineUne autre gravure, d'auteur inconnu, la représente à cheval, illustrant la réputation de la reine dans le domaine de de l'équitation (ci-contre).

 

 

 

 

 

 

Catherine de MedicisCatherineSource des images : (Paris, BnF) ; (Paris, BnF)

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait de Catherine de Médicis par François Clouet

Catherine de Medicis, British museum

Catherine de Médicis (Victoria and Albert museum)

 

Catherine, musée CondéLe dessin de François Clouet (ci-dessus à droite) est à l'origine d'une très jolie miniature (ci-dessus à gauche) représentant la reine, le cou orné d'une petite fraise (ou ruché) et les épaules voilées par une guimpe cadrillée de perles. Elle tient dans ses mains un petit éventail. Le dessin a fait l'objet d'une copie assez pâle (ci-contre).

Source : (Londres, British museum) ; ? (Londres, Victoria and Albert museum) ; Rmn  (Chantilly, musée Condé)

Posté par Andelot à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le mariage de Catherine de Médicis peint par Vasari vers 1555Fresque représentant le mariage d'Henri II et de Catherine de Medicis

Il s'agit d'une oeuvre peinte par Vasari dans la seconde moitié des années 1550. Catherine de Medicis est représentée habillée avec un costume des années 1550 et non comme elle était habillée à l'époque-même de son mariage en 1533.

Source : Musei dei Ragazzi di Firenze (Florence, Palais Vecchio)

 

 

 

 

Catherine de Médicis peinte vers 1600-1610Portrait en pied de Catherine de Medicis peint vers 1600

Il s'agit peut-être d'un portrait fait d'après un original de François Clouet. Le costume correspond bien à la mode des années 1550 et le visage aux portraits de Clouet présentés dans l'article précédent. Qui est le commanditaire de ce portrait ? et quel est le modèle d'origine ?

Source : exposition Caterina e Maria de' Medici : Donne al potere (Florence, musée des Offices)

 

 

 

 

 

Catherine de Médicis (Offices)Portrait en pied de Catherine de Médicis exposé au Palais Pitti à Florence

Il s'agit d'un magnifique portrait de la reine, très imposant par sa taille et sa qualité. Toutefois, à cause du costume on peut émettre des doutes quant à une datation 1547-1559, dates de règne d'Henri II. Les larges revers de manche appartiennent bien à la mode de la cour d'Henri II (encore qu'ils disparaissent peu à peu à cette époque), mais la collerette godronnée  que la reine porte sur ses épaules, ne semble apparaître dans cette forme qu'à partir de la seconde moitié des années 1570. Serait-ce une retouche tardive ouCopie du château de Chaumont-sur-Loire la copie d'un portrait plus ancien réinterprété1 ?

Source : Rmn (Florence, palais Pitti)

A noter qu'il existe au château de Chaumont-sur-Loire, une copie du tableau du palais Pitti, ci-contre (XIXe siècle ?).

 

Henri II et Catherine de Médicis (Offices)Portrait de Catherine de Médicis en blonde et dans un costume d'époque Henri III

Si la reine s'habilla toujours de façon austère après la mort de son époux, certains portraits la représentent parfois dans un costume plus moderne. C'est le cas de cette miniature où la reine apparaît en blonde. 

Le visage de la reine correspond à celui de la jeune femme mariée visible sur la miniature du Victoria and Albert museum, mais le costume appartient à une autre époque. C'est celui que portent les dames de la cour d'Henri III dans le tournant des années 1570-80, soit un costume que Catherine n'a surement jamais porté.

L'anachronisme du costume, la profondeur du décolleté et la singularité de sa coloration témoignent d'une coquetterie qui paraît inhabituelle pour nous qui sommes habitués aux portraits sombres de la reine. Catherine de Médicis dans un costume des années 1570

Il faut également noter la présence sur le collier et le buste, du monogramme emblématique de Catherine ; le H et le C entrelacé, symbole de l'amour de la reine pour Henri.

H et C

Source : exposition Caterina e Maria de' Medici, donne al potere (Florence, palais Pitti)

Il existe un autre exemple de représentation de Catherine dans un costume qu'elle n'a jamais porté, c'est celui d'une sculpture inédite de la reine, réalisée par Germain Pilon.


 

Notes

1. Voir également A. Zvereva, « Tout beau, tout esclatant, tout brave, tout superbe » in La revue de l'art, Costume de cour au XVIe siècle, n°174, 2011, p.34

Article modifié en juillet 2012

Posté par Andelot à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La veuve Catherine


Catherine de Médicis, BnFPortrait de Catherine de Médicis réalisé vers 1560

Le 10 juillet 1559, Henri II meurt après avoir été blessé au cours d'un tournoi. Catherine de Médicis devient veuve et revêt les marques vestimentaires traditionnelles du deuil : le voile et la couleur noire. Heurtée par la mort d'un mari qu'elle aimait, elle decide de ne plus jamais les quitter.

Ce dessin qui marque l'une des étapes majeures de la vie de la reine est très important, car c'est celui qui va servir de modèle à la réalisation de son nouveau portrait officiel.

Catherine de Médicis, Saint PetersbourgCatherine de Médicis, BnF

 

 

Source : Rmn (Paris, BnF) ; (Saint Petersbourg, musée de l'Ermitage) ; (Paris, BnF)

Henri II et Catherine par Antoine CaronA la même époque, Antoine Caron dessine le portrait du couple royal. Il s'agit d'une ébauche pour la réalisation d'une tapisserie. Le dessin est remarquable. Son objet consiste à immortaliser l'alliance matrimoniale de la reine avec Henri II et de légitimer sa présence au sein de la famille royale (voir un commentaire intéressant sur le site du Louvre).

Les portraits du couple royal Henri II-Catherine de Médicis sont inexistants. Comme le dessin de Caron, ils sont généralement posthumes (voir le portrait d'Anet).

Source: Rmn (Paris, musée du Louvre)

 

Catherine de Médicis par Francois Clouet, musée CarnavaletPortrait de Catherine de Médicis peint par François Clouet

A l'avènement de Charles IX, son fils âgé de dix ans, Catherine de Médicis prend le contrôle du gouvernement et se fait nommer régente de France.

Son portrait officiel, peint par François Clouet, est rapidement recopié et diffusé aux quatre coins du royaume de France et d'Europe. 

Source : (Paris, musée Carnavalet)

 

 

 

 

 

 

 

Catherine de Médicis, musée CondéCatherine (Chaumont)Catherine de Médicis, musée CondéCatherine de Médicis, musée de Cahors 4

 

Catherine de Médicis, musée Condé

Catherine Aguttes 2007

 

Cat

Catherine de Médicis, Kunsthistorisches museum

Catherine, Kunsthistorisches museum

 

 

 

 

Catherine, musée de Pau

 Cath_angers

Source des images : Drouot ; Musée Midi-Pyrénées (musée de Cahors Henri-Martin) ; Rmn (Chantilly musée Condé) ; Bridegman art library (Château de Chaumont sur Loire) ; Agence photographique de la Rmn (Chantilly musée Condé)

Kunsthistorisches museum ; Kunsthistorisches museum ; Agence photographique de la Rmn (Chantilly musée Condé) ; Alaintruong.com (Aguttes 2007) ;  Agence photographique de la rmn (Chantilly musée Condé) ;  (Angers, musée des Beaux-arts) ; Agence photographique de la RMN (Pau, musée national du château) ;

 

Catherine, extrait d'un triptyqueCatherine de Médicis en prière devant son oratoire

Il s'agit d'une très jolie petite scène, réalisée en émail sur un triptyque en cuir qui contient d'autres plaques historiées en émail. 

Source : Rmn (Ecouen, musée de la Renaissance)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Famille des Valois vers 1564Portraits de Catherine de Médicis et de ses enfants vers 1564

Après un an de guerre civile (1562-1563), Catherine de Médicis entend rétablir la paix et l'autorité royale. En 1564, elle organise dans les jardins du château de Fontainebleau une magnifique fête au cours de laquelle ses enfants se mettent en scène dans un spectacle qui célèbre la victoire de la paix et de la prospérité. Couronnés par des feux d'artifice et encadrés par des figures de fantaisie, le petit roi, sa soeur et ses frères se présentent comme l'espoir d'un pays en quête de réconciliation.

Les grandioses fêtes de Fontainebleau marquent l'ouverture du grand tour de France que la famille royale entreprend pour ramener la paix dans les coins les plus reculés du pays. Catherine espère renforcer le lien qui unit le roi à ses sujets.

Ce tableau est comme une synthèse de la politique de la reine-mère : montrer aux français, les petits princes des fleurs de lys, garant de la paix du pays et de son bonheur.   

Source : L. Dimier, Histoire de la peinture de portrait en France au XVIe siècle, G. Van Oest, 1924

Posté par Andelot à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]