La montée en puissance de la Ligue a fait apparaître un très grand nombre de pamphlets, de libelles et de caricatures haineuses à l'égard d'Henri III. L'assassinat du duc de Guise et du cardinal de Lorraine en décembre 1588 accrut radicalement leur nombre sur le marché des imprimés.

Les plus belles sont celles contenues dans le recueil des drolleries et belles figures de la Ligue, mis en ligne par la BnF (dans Gallica anthologie). Elles illustrent les derniers grands évènements du règne

 

Gravure ligeuse : Les Etats générauxHenri III préside les Etats généraux, encadré des deux futurs "martyrs", le duc de Guise et le cardinal de Lorraine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gravure ligueuse : Anne d'Este devant les corps de ses deux filsLe roi montre à la duchesse de Nemours, mère du duc de Guise (et petite-fille du roi Louis XII), les cadavres de ses fils assassinés.

Sur le fond, les autres membres de la famille de Guise et le cardinal de Bourbon sont emmenés par les gardes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gravure ligueuse : L'arrestation des chefs de la LigueLe roi met en arrestation le cardinal de Bourbon, l'archevêque de Lyon et le prince de Joinville.

Le cardinal de Bourbon était le futur roi Charles X, l'héritier imposé au roi par la Ligue. Pierre d'Epinac était un homme religieux et politique de la Ligue. Le prince de Joinville était le fils du balafré (et donc après l'assassinat de son père le nouveau duc de Guise).

Pour voir les gravures, allez sur Gallica anthologie des collections.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gravure ligeuse : L'incinération des corpsLe roi ordonne de brûler les restes du duc de Guise et du cardinal de Lorraine pour éviter que la Ligue n'en fasse des reliques.