Clouet_1572_Francois_dAnjou_Washington2

Portrait en pied du duc d'Alençon peint en 1572 et offert par Catherine de Médicis à la reine Elisabeth d'Angleterre1, aujourd'hui conservé à la National gallery of art de Washington

Source de l'image : (Washington, National Gallery of Art)

Ce tableau est l'un des plus beaux portraits des derniers Valois aujourd'hui existant pour cette époque. La qualité d'exécution, notamment dans le rendu du costume, confirme qu'il s'agit d'une oeuvre originale.

Comme les portraits français d'époque, en pied et en grandeur nature, sont rares dans les collections publiques, ce tableau est d'un intérêt exceptionnel.

Il est également intéressant pour l'histoire du costume (il est daté par une inscription en haut à gauche). Le jeune prince porte des hauts-de-chausses de forme trapézoïdale et une fraise dans la taille et la forme sont typiques de cette époque. La bosse du pourpoint au niveau du ventre annonce le volumineux panseron porté à la cour d'Henri III. 

Le tableau représente le duc d'Alençon à l'époque du massacre de la Saint-Barthélemy. C'est une période qui marque un tournant dans la vie de François. Longtemps resté dans l'ombre de ses frères et soeurs, il devient en 1572, le prétendant de la reine Elisabeth Ière d'Angleterre, après que son frère aîné Henri d'Anjou ait refusé de l'épouser l'année précédente. François d'Alençon devient ainsi le candidat tout désigné par la reine Catherine pour épouser la reine vierge. Ce serait dans le cadre de cette proposition d'alliance, que ce tableau aurait été offert à la reine d'Angleterre. 

Visage de François, extrait du tableauFrançois, prince consort de la reine d'Angleterre ? Malgré la grosse différence d'âge qui le sépare d'Elisabeth, François n'y est pas réfractaire.

L'année 1572 marque également le début de sa vie politique. Contre l'ascension du duc d'Anjou et l'action politique de la couronne pendant et après le massacre de la Saint-Barthélemy, François se place dans l'opposition, en se rapprochant des grands seigneurs catholiques, dits "malcontents" et des princes autrefois protestants, Condé et Navarre.

Il participe en 1573 au siège de la Rochelle que commande son frère Henri d'Anjou et planifie ses premiers projets d'évasion. Il envisage en effet de rejoindre la cour d'Angleterre qui soutient en secret les rochelais révoltés. 

K_ François d'Anjou

Portrait du duc d'Alençon vendu chez Drouot en 2012

Source de l'image : Alain.R.Truong (Drouot, vente du 30 mai 2012)

C'est une copie, plus affadie, du portrait de Washington (ci-dessus)

 

 

 

 

 

François d'AlençonPortrait du duc d'Alençon peint vers 1572 dans le livre d'heures de Catherine de Médicis

Source de l'image : (Paris, BnF)

François est revêtu du manteau royal qu'il porte en tant que prince de la maison de France et la couronne ducale qu'il porte en tant que duc d'Alençon.

En pleine crise identitaire, le jeune prince devait après le massacre de la Saint-Barthélemy remettre brutalement en question l'autorité de sa mère. En 1574, il est à la tête d'un vaste complot qui a pour but le renversement de Catherine de Médicis et sa propre désignation comme héritier du trône à la place de son frère Henri parti rejoindre le trône de Pologne.

Par manque de coordination, la fronde des princes échoua lamentablement. François fut arrêté et son favori, La Mole, exécuté.

 

François assis à côté de ses frères, extrait de la fresque peinte par Vasari à RomeA cette époque, François est représenté par Vasari dans la fresque de la Sala Regia qui commémore le massacre de la Saint-Barthélemy (image ci-contre). Le peintre n'a jamais vu le prince mais pour l'exécution de sa fresque, il s'est fait envoyer à Rome son portrait. François est représenté assis à la droite de son frère le roi de Pologne.

 


Notes

1. Voir l'article écrit par Elizabeth Goldring dans The Burlington magazine, n°1211, volume CXLVI, février 2004. On y apprend que le tableau a été donné à la reine d'Angleterre au mois de mai 1572, par l'intermédiaire du comte de Leicester

Mise à jour de l'article le 18/10/2016