Charles ErmitagePortrait de Charles IX sur un très beau dessin réalisé par François Clouet et conservé aujourd'hui au musée de l'Ermitage en Russie

Le portrait est daté de 1566, ce qui correspond assez bien au costume et à l'âge du modèle (16 ans). Charles IX porte une toque emplumée, une fraise et le collier de l'ordre de Saint-Michel.

En 1566, le roi est à Moulins, terminus du grand voyage. Il va y rester pendant plusieurs mois, le temps pour son conseil de préparer plusieurs grandes réformes. Le royaume continue d'être en paix.

A la même époque la Flandre est en proie à la crise religieuse, et les violences iconoclastes vont attiser de nouveau les passions et relancer une nouvelle guerre de religion.

Source : (Saint Petersbourg, musée de l'Ermitage)

 

 

Charles IX, BnFLa BnF possède une réplique du dessin de Clouet. Le cadrage est resserré sur le visage et le roi porte des petits poils de barbe plus développés.

Source : (Paris, BnF)

 

 

 

 

 

 

 

Le dessin de l'Ermitage va servir à diffuser une nouvelle série de portraits officiels :

Charles IX, fondation BembergPortrait en pied de Charles IX conservé à la fondation Bemberg à Toulouse

La fondation Bemberg a la chance de posséder le portrait peint du dessin conservé à Saint-Petersbourg. 

Pour mettre en scène le personnage et rendre le tableau plus vivant, le peintre a fait apparaître les mains du personnage, derrière un rebord peint en trompe-l'oeil. C'est une tradition de représentation qui prend ses sources dans le grand portrait de François Ier du Louvre.

Source : (Toulouse, Fondation Bemberg)

Charles IX, musée CondéIl existe au musée Condé une variante de moins bonne qualité (la carnation est moins bien rendue). On remarquera aussi que ni le collier, ni les motif du costume ne sont identiques aux deux tableaux.

Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)

 

Charles IX, Kunsthistorishes museumPortrait en pied de Charles IX conservé au Kunsthistorisches museum

Il s'agit d'un très grand et beau tableau, de taille grandeur nature. Il présente une grande richesse dans les détails du costume. On remarquera ici la grosseur des hauts-de-chausses qui atteignent leur taille maximale dans la seconde moitié des années 1560.

La mauvaise qualité de la reproduction photographique a l'avantage de nous permettre de distinguer les différentes interventions faites sur le tableau. Le visage n'a pas le même traitement que le costume. Il s'agit probablement de deux peintres différents qui y ont travaillé. Il était fréquent pour un artiste de faire réaliser son tableau par plusieurs de ses élèves (Biblio. E.Jollet).

Source : Wikimedia (Vienne, Kunsthistorisches museum) 

Charles IX, musée CondéCharles IX, musée du LouvreIl existe deux répliques du grand tableau de Vienne. Leur qualité inférieure s'explique par leur petite taille. Ces deux tableaux ne dépassent pas les 30 cm.

Source : Rmn (Paris, musée du Louvre)

Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)