Portraits du roi Charles IX, peint et dessiné à son avènement par François Clouet en 1561, aujourd'hui respectivement conservés au Kunsthistorisches museum et à la Bibliothèque nationale de France

Charles IX par François Clouet (BnF)Charles IX (Vienne, Kunsthistorisches museum)Source des images : (Vienne, Kunsthistorisches museum) ; (Paris, Bibliothèque nationale de France)

Le petit duc d'Orléans succède à son frère François comme roi de France le 5 décembre 1560. Il n'a que 10 ans seulement et pourtant il est maintenant l'un des plus grands princes de la Chrétienté. 

Son avènement est évidemment l'occasion pour Catherine de Médicis de faire tirer un nouveau portrait au jeune prince, par François Clouet.

Le roi étant mineur, le gouvernement est confié à un conseil de régence. Il est dominé par la reine-mère Catherine de Médicis, personnalité politique en vogue depuis qu'elle a pris la tête du parti de la tolérance. La reine-mère entend maintenir le royaume en paix et multiplie les tractations pour raccommoder un pays en train de se déchirer pour des querelles politico-religieuses.

Charles IX, The Metropolitan museum of artCharles_bridgeCharles IX, musée CondéPour diffuser l'image du roi, un très grand nombre de portraits ont été peints. Le plus beau conservé aujourd'hui est celui du Kunsthistorisches museum à Vienne. Ce portrait va servir de modèle à un très grand nombre de copies de plus ou moins bonne qualité. Il n'est pas impossible que certaines d'entre elles soient du XVIIe siècle. En voici quelques unes qui sont aujourd'hui dispersées dans les collections du monde entier :

Charles IX (The royal collection)Charles IX (musée des Beaux-arts d'Angers)Source des images : (New York, The Metropolitan museum of art) ; Agence photographique de la Rmn (Chantilly, musée Condé) ; Scalarchives (Versailles, musée du château) ; (Royaume-Uni, The royal collection) ; Base Joconde (Angers, musée des Beaux-arts)

 

 

 

Charles IXPortrait de Charles IX dont la récente apparition sur le marché de l'art permet de remettre en cause l'identité d'un tableau conservé par le musée Condé traditionnellement identifié à François II.

Le tableau a été vendu chez Christie's en 2009. Il a pour modèle l'oeuvre de François Clouet. Il se différencie du beau portrait peint de Vienne par la couleur de son fond bleu, le cadrage qui est plus large au niveau du buste, et un rendu du détail moins important. Néanmoins, l'enfant roi reste particulièrement reconnaissable.

Ce n'est pas le cas du portrait conservé à Chantilly (ci-dessous à gauche). La carnation est si faiblement rendu qu'on ne reconnaît pas d'emblée les traits de Charles IX. Cette faiblesse explique pourquoi pendant longtemps on y a vu à tort, les traits de François II. Avec le portrait de Christie's, celui de Chantilly prend désormais une tout autre signification ; la similitude de la pose, du costume et du costume, en fait une copie.

Charles IX, Chantilly, musée CondéPortrait de Charles IX, autrefois identifié à François II (Chantilly, musée Condé)Par la couleur du fond, un autre portrait de Chantilly peut se rattacher à cette famille de portrait (portrait ci-contre à droite).  Il représente Charles IX dans un cadrage élargi à la taille, la main au côté. La faible rendu de la carnation le rapproche de l'autre portrait de Chantilly.

A travers ces exemples, il est intéressant de voir combien les collections privées peuvent être enrichissantes pour comprendre les collections publiques et par la même occasion l'iconographie, l'art et les études historiques en général.

Source des images : Christie's (Vente du 29 janvier 2009 à New York) ; Agence photographique de la Rmn (Chantilly, musée Condé) ; Agence photographique de la Rmn (Chantilly, musée Condé)
 

Charles IX, Christie'sPortrait de Charles IX peint à son avènement  par François Clouet et récemment vendu aux enchères chez Christie's

Source de l'image : Christie's (Vente du 8 décembre 2016 à Londres)

Ce portrait diffère de celui du Kunsthistorisches museum par l'absence de fourrure au niveau du col et des épaulettes. Son apparition dans une vente aux enchères permet de renouveler l'historique des portraits de Charles IX, en mettant à jour une nouvelle généalogie. Car ce tableau présente des points communs avec un portrait présent à  la Pinacothèque Tosio Martinengo de Brescia et un autre qui a été récemment vendu aux enchères chez Artcurial (voir ci-dessous).

Le jeune garçon semble plus mature, comme pour donner plus de crédibilité à sa présence royale. Est-ce que la date de "1561" inscrite dans le coin supérieur droit est une mention du peintre, ou bien est-ce un ajout postérieur ?

Le portrait aurait pu être peint à l'issue de la première guerre de religion. Un évènement marquant pour le royaume et son roi aurait pu servir de prétexte à dresser et diffuser un portrait réactualisé de Charles IX : celui de la déclaration officielle de sa majorité, un évènement arrangé par Catherine de Médicis pour assoir la légitimité du pouvoir royal et imposer la paix du roi, après une année de guerre fraticide dévastatrice.

Charles IX, Sotheby'sCharles_IX, ArtcurialCharles IX

Charles IX

Source des images de gauche à droite : Wikimedia Common (Metz, musée de la Cour d'or) ; (Brescia, Musei Civici di Arte e Storia - Pinacoteca Tosio Martinengo) ; Artcurial (Vente du 21 mars 2018) ; Sotheby's (Vente du 28 janvier 2005 à New York) 

 

1_famille_royalePortrait du roi et de sa famille vers 1564.

Le roi est représenté au centre de sa fratrie, sa mère, la reine le tenant dans ses bras. Le tableau a été réalisé dans le contexte des guerres de religion. La première guerre vient de s'achever (1563), le roi a été déclaré majeur mais Catherine de Médicis continue de gouverner en son nom (voir le commentaire du tableau dans la partie Catherine de Médicis).

Du point de vue, du costume, ce tableau est également très intéressant. Le costume du roi n'est guère différent des précèdents, sauf que la fraise déborde du col. Ce tableau est riche a bien des égards. D'une part, il est rare d'avoir des portraits en pied. C'est un genre qui est apparu tardivement en France. Deuxièmement, c'est un portrait de groupe, ce qui constitue une véritable exception. C'est d'ailleurs à ma connaissance, le seul portrait de groupe de la famille royale qui existe pour les derniers Valois

Source (L. Dimier, Histoire de la peinture de portrait en France au XVIe siècle, G. Van Oest, 1924)

 

 

 

CharlesPortrait de Charles IX vers 1564

Charles IX (collection privée)Source : (Paris, BnF)

Source : The Bridgeman Art Libray (collection privée)