Henri III en prière au pied du Christ en CroixHenri III en prière au pied du Christ en Croix, peinture retrouvée sur le marché de l'art en 2014.

Il s'agit d'un tableau qui avait appartenu au musée du Louvre mais qui avait disparu depuis la Seconde guerre mondiale. Lorsque j'avais publié cet article en 2007, je n'avais mis en illustration que la photographie en noir et blanc trouvée dans un vieux catalogue du musée datant de 1923 (image ci-dessous à droite). Depuis 2014, le tableau a réintégré les collections du Louvre.

Source : Jean Guiffrey, La peinture au musée du Louvre: Ecole Française, Paris, illustration, 1923 (Paris, musée du Louvre)

Henri III au pied du calvaire, musée du Louvre

Henri III était un homme très pieux, surtout dans les dernières années de sa vie. Sa foi très profonde l'amenait parfois à s'isoler du monde. Il se retirait dans des couvents pour méditer et pendant plusieurs jours, la cour n'avait plus de nouvelles de lui.

Henri III considérait que les malheurs qui s'abattait sur son royaume était causés par ses péchés. De la même manière que Jésus est mort sur la croix pour le salut du monde, il considérait qu'il devait offrir ses souffrances à Dieu pour le salut de ses sujets. Les ossements humains, placés sur le tableau au pied de la croix (mememto mori) rappellent l'égalité de l'homme devant la mort. Henri III, agenouillé, revêtu de son manteau d'hermine semé de fleur de lys, s'humilie devant Dieu.

Sa foi profonde nous est rappelée par sa devise Manet ultima caelo (la dernière m'attend au ciel). Elle rappelle qu'Henri a été plusieurs fois rois, en faisant référence aux deux couronnes qu'il a portées, celle du royaume de Pologne et celle du royaume de France. La troisième couronne est celle qu'il doit recevoir après sa mort auprès de Dieu.

 


Article mis à jour en juillet 2015