18 sept. 07

Le dauphin François, Havard art museumPortrait du dauphin François à l'occasion de son mariage avec Marie Stuart en 1558

Voir à propos des portraits des Clouet, Alexandra Zvereva  (notamment Alexandra Zvereva, « La genèse du portrait de Henri III », in Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard et Guy Poirier (dir.), Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006, pp. 56-65).

Source : (Havard art museum)

Posté par Andelot à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le roi François II

 


François II par François Clouet, BnFPortrait de François II réalisé par François Clouet en 1559 à l'occasion de son avènement.

C'est le portrait officiel du nouveau roi. A t-il fait l'objet d'un portrait peint ?

Source : (Paris, BnF)

François II, ChristiesUne peinture vendue récemment chez Christies semble reprendre le dessin. Le costume est reproduit à l'identique mais il reste à confirmer qu'il s'agisse d'une oeuvre d'époque.

C'est un tableau qui fait pendant à un portrait de Marie Stuart, représentée beaucoup plus jeune.

Source : Christies

 

François II et Marie Stuart dans le livre d'heures de Catherine de Médicis, BnFEtant unique, le dessin de François Clouet a dû faire l'objet de nombreuses reprises (notamment dans les galeries de portraits du XVIe et XVIIe siècle ?). Il sert de modèle au portrait du roi dans le livre d'heures de Catherine de Médicis où François et Marie Stuart sont représentés côte à côte. Deux copies de seconde main se trouvent également à la BnF.

Source : (Paris, BnF)

François II, BnfFrançois II, BnFSource : (Paris, BnF)

Source : (Paris, Bnf)

Posté par Andelot à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

A8__Fran_ois_IICe portrait de François II est le seul portrait peint que nous connaissons de lui à l'heure actuelle.

Il est évidemment à rapprocher des portraits de ses frères Charles et Henri réalisés un an plus tard, avec le même type de costume. A cause de cette similitude, je me suis longtemps posé la question de savoir si ce portrait représentait bien François II. D'une part, nous ne connaissons pas le dessin qui en a servi de modèle, d'autre part, la ressemblance avec les portraits de Charles IX est saisissante. Enfin dernier point d'interrogation : Quel est le modèle de ce portrait ? La physionomie est trop différente du dessin de Clouet pour que cela soit François Clouet qui l'ait fait. 

Conclusion, j'adhère à l'identification traditionnelle de ce portrait, mais je me permet de garder un doute.

Source (Chantilly, musée Condé)

Posté par Andelot à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les portraits ultérieurs


Comme les portraits de François II sont rares, je propose de mettre ici les portraits posthumes.

A11__Fran_ois_II_et_Marie_Stuart__portrait_posthume_Il y a la très belle miniature du livre d'heures de Catherine de Médicis où François est représentée au côté de son épouse. Le portrait ne fait que reprendre le dessin de Clouet.

A12__Fran_ois_II___posthume_Il existe un très beau portrait en pied de François II au parlement anglais, probablement réalisé au XIXe siècle.

Source

A13__Fran_ois_II_par_Rauch_CharlesIl y a enfin un portrait réalisé par Charles Rauch pour le musée Louis-Philippe de Versailles. Le portrait ne fait que reprendre le visage du portrait peint de Chantilly.

Source (Paris, musée de l'armée)

Posté par Andelot à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 déc. 07

La troisième couronne


 

Henri III en prière au pied du Christ en CroixHenri III en prière au pied du Christ en Croix, peinture retrouvée sur le marché de l'art en 2014.

Il s'agit d'un tableau qui avait appartenu au musée du Louvre mais qui avait disparu depuis la Seconde guerre mondiale. Lorsque j'avais publié cet article en 2007, je n'avais mis en illustration que la photographie en noir et blanc trouvée dans un vieux catalogue du musée datant de 1923 (image ci-dessous à droite). Le tableau a depuis 2014 réintégré les collections du Louvre.

Source : Jean Guiffrey, La peinture au musée du Louvre: Ecole Française, Paris, illustration, 1923 (Paris, musée du Louvre)

Henri III au pied du calvaire, musée du Louvre

Henri III était un homme très pieux, surtout dans les dernières années de sa vie. Sa foi très profonde l'amenait parfois à s'isoler du monde. Il se retirait dans des couvents pour méditer et pendant plusieurs jours, la cour n'avait plus de nouvelles de lui.

Henri III considérait que les malheurs qui s'abattait sur son royaume était causés par ses péchés. De la même manière que Jésus est mort sur la croix pour le salut du monde, il considérait qu'il devait offrir ses souffrances à Dieu pour le salut de ses sujets. Les ossements humains, placés sur le tableau au pied de la croix (mememto mori) rappellent l'égalité de l'homme devant la mort. Henri III, agenouillé, revêtu de son manteau d'hermine semé de fleur de lys, s'humilie devant Dieu.

Sa foi profonde nous est rappelée par sa devise Manet ultima caelo (la dernière m'attend au ciel). Elle rappelle qu'Henri a été plusieurs fois rois, en faisant référence aux deux couronnes qu'il a portées, celle du royaume de Pologne et celle du royaume de France. La troisième couronne est celle qu'il doit recevoir après sa mort auprès de Dieu.

 


Article mis à jour en juillet 2015

 

Posté par Andelot à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Henri III et la messeHenri III représenté dans La messe de la Ligue

Il s'agit de l'extrait d'un tableau rempli de problématiques que j'espère bientôt développer plus en détail ici.

Source : ? (Rouen, musée des Beaux-arts)

Posté par Andelot à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La_ressurection_du_Christ_de_CaronLa résurrection du Christ d'Antoine Caron

Antoine Caron est un peintre maniériste connu pour ses peintures allégoriques. Dans cette toile datée de 1594, des historiens voient dans le visage du Christ, le portrait d'Henri III. Cette interprétation a fait l'objet d'un article intéressant dans la Gazette des Beaux-arts.

L'oeuvre est à replacer dans le contexte des victoires d'Henri IV. Après les années terribles qui ont suivi l'assassinat d'Henri III, la monarchie reprend progressivement le contrôle de la situation. La Ligue est écrasée par les forces royales et ce tournant constitue une sorte de résurrection pour la trône de France. En peignant le portrait d'Henri III dans le visage du Christ réssuscité, Antoine Caron aurait voulu lancer un dernier hommage à celui qui avait été si misérablement assassiné.

Source : Base Joconde (Beauvais, musée départemental de l'Oise)

Posté par Andelot à 23:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 déc. 07

Erreurs en série sur François d'Alençon


alenconIl existe un certain nombre de faux portraits de François d'Alençon, c'est-à-dire des portraits qui représentent une autre personne que lui, mais identifiée à lui par erreur. C'est le cas de ceux-là.

Le premier portrait représente un homme portant un costume du milieu des années 1560. Non seulement, il possède des traits physiques très éloignés de ceux d'Alençon mais en plus à cette date le prince n'est encore qu'un enfant.

Même remarque pour les deux autres qui m'ont l'air d'être deux personnages identiques, mais les costumes qu'ils portent, n'appartiennent pas à l'époque de François d'Alençon.

alencon_3alencon_2

Individu par Corneille de Lyon










Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)

Ce portrait-ci est l'oeuvre de Corneille de Lyon. Il représente un homme du règne de François Ier ou d'Henri II. En aucun cas, il ne peut s'agir de François d'Alençon. Outre le costume d'une autre époque, les traits du visage sont très éloignés de ceux du prince.








Individu identifié a AlençonCet autre portrait est également sensé représenter François d'Alençon. Le costume correspond parfaitement au modèle, mais les traits du visage sont-ils ceux de François ? Personnellement, j'en doute.

A confirmer.

Peut-être faut-il rapprocher ce tableau des portraits allemands car le collier qu'on aperçoit, est le genre de collier porté outre-Rhin.

Posté par Andelot à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 déc. 07

Claude de France (1499-1524)


Fille aînée du roi Louis XII et d'Anne de Bretagne, Claude de France, née en 1499, assure la continuité dynastique de la monarchie en épousant très jeune son cousin, François d'Angoulême, qui devient en 1515, le roi François Ier. Elle est la mère de sept enfants, qu'elle met au monde en l'espace d'une dizaine d'année et meurt en 1524, à l'âge de 25 ans seulement. Sa mort précoce explique la rareté infinie de ses portraits.

Claude de France représentée dans son livre d'heures, The Fitzwilliam museumReprésentation enluminée de Claude de France, enfant, dans son livre d'heures

La scène la représente sur un prie-Dieu, encadrée de saint Claude, sainte Anne et de la vierge Marie enfant.

Le livre d'heures de Claude de France a été réalisé entre 1505 et 1510. Il s'agit d'un cadeau d'Anne de Bretagne à sa fille unique. Pour Elizabeth L'Estrange, il marque le souci d'une mère soucieuse de transmettre à sa fille les valeurs religieuses que sont les siennes.

Le même ouvrage contient une autre enluminure mettant en scène Claude de France, mais quasi semblable à la première.

(biblio : Elizabeth L'Estrange, "Le mécénat d'Anne de Bretagne", dans Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Publications de l'Université de Saint-Etienne, 2007 p. 192-193)

Source : (Cambridge, The Fitzwilliam museum)

Claude de France dans un scène de dédicace, BnF

Claude de France dans une scène de dédicace d'un livre sur la mort de sa mère Anne de Bretagne

Anne de Bretagne meurt en 1514. Claude est donc représentée vers l'âge de treize ans environ (elle devait devenir reine de France l'année suivante).

C'est une scène un peu particulière car je ne pense pas qu'il soit courant qu'une fille aussi jeune soit le personnage central d'une scène de dédicace. L'image illustre au moins l'importance de son rang. Claude était à la fois une fille de France et à la fois la duchesse de Bretagne.

Source : (Paris, BnF)

 

 

Fiançailles de Claude de France et de François d'Angoulême, BnFOn retrouve également Claude dans les chroniques de Louis XII. La scène représente ses fiançailles avec son cousin François, le 21 mai 1506. De part et d'autre des fiancés, se tiennent leurs mères respectives, Anne de Bretagne et Louise de Savoie. Les visages ne sont pas individualisés, pas plus que la taille des personnages.

Source : (Paris, BnF) (Biblio: Anne-Marie, François Ier imaginaire, symbolique et politique à l'aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987, p. 53-56)

Posté par Andelot à 22:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

 Claude de Valois, musée du LouvrePortrait de la royne Claude

Les portraits de Claude de France sont quasi inexistants. Pour ma part, je ne connais que celui-ci qui soit intéressant (et pourtant, il ne s'agit encore que d'une copie).

Est-ce le seul portrait de la reine qui ait été tiré ?

Source : Rmn (Paris, musée du Louvre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude de Valois, musée du Louvre 2Claude de Valois, musée du Louvre 3Claude de France AshmoleanClaude de France Ashmolean 2Claude CNAMIl en existe de nombreuses copies.

Source : CNAM ; Ashmolean museum ; Ashmolean museum ; Rmn (musée du Louvre) ; Rmn (musée du Louvre)
 

Claude de France entourée des princesses de France dans le livre d'heures de Catherine de MédicisLe dessin du Louvre semble avoir été le modèle de référence, puisqu'on le retrouve quelques décennies plus tard, recopié dans une des miniatures du livre d'heures de Catherine de Médicis. La reine Claude est représentée au centre, entourée de ses trois filles et de sa petite soeur cadette, Renée (en bas à droite).

Source : (Paris, BnF)

Claude de France, miniature du musée dees OfficesLe dessin du Louvre semble avoir été également repris dans une petite miniature peinte dans les années 1570.

Source : ? (Florence, musée des Offices)

 

Article modifié en octobre 2012

 

 

Posté par Andelot à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :