14 sept. 07

La remise en question d'un prétendu portrait de Jeanne d'Albret


Prortrait dit de Jeanne d'AlbretIl existe au musée Condé à Chantilly un portrait de Jeanne d'Albret, reine de Navarre dont l'identification mérite d'être réétudiée.

Le portrait représente une dame probablement mariée, âgée de 35 à 45 ans. C'est une femme d'un important lignage appartenant vraisemblablement à la cour de France. La coiffure appartient aux années 1560 mais la collerette appartient davantage à la première moitié des années 1570.

Or cette description peut difficilement désigner la reine de Navarre.

 * En 1570, Jeanne d'Albret est veuve depuis huit ans. Ses portraits la représentent en noir portant le voile et le chaperon noir, ce qui n'est pas le cas ici.

 * Deuxièmement, la femme représentée ici est assez loin d'être la protestante puritaine que fut Jeanne d'Albret. Le portrait représente davantage une femme de la cour habillée à la mode du temps.

 * comparaison du portrait de la dame avec un portrait de JeanneTroisièmement, le portrait ne ressemble pas à Jeanne d'Albret. La dame n'a ni son nez prédominant, ni ses petits sourcils droits et rectilignes. Son visage est moins allongé que celui de Jeanne d'Albret.

Du costume au visage, je ne vois rien qui puisse être rapproché du portrait de Chantilly.

 

 

 Deux portraits de la reine Jeanne

 

Diane de FranceAlors qui est donc cette dame ? Je propose de donner un nom : Diane de France, fille illégitime de Henri II.

Sur un portrait plus tardif, datée d'environ 1577, Diane est représentée avec des traits assez semblables à ceux de la dame de Chantilly, mais en plus accentués.

Il reste à confirmer la chose.

 

Posté par Andelot à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 sept. 07

Les portraits de François II

Galerie de François IIFils aîné d'Henri II, François est un roi de France qui n'a pas vécu longtemps. Mort à l'âge de seize ans, il n'a pas laissé beaucoup d'images de lui.

Appelé à monter un jour sur le trône, il est d'abord portraituré durant son enfance comme dauphin de France, héritier de la couronne. Il devient roi en juillet 1559 et meurt seize mois plus tard.

D'abord marqué par la répression, on oublie trop souvent que son règne fut sous l'action politique de Catherine de Médicis, le début de l'instauration d'un dialogue envers les tenants du calvinisme.

Posté par Andelot à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le dauphin François

 


François II, BnFFrançois II, musée CondéFrançois naît le 19 janvier 1544 à Fontainebleau. Il est baptisé avec le prénom de son grand-père le roi François Ier.

Une série de portraits dessinés se trouvent aujourd'hui au musée Condé à Chantilly.

Source (Paris, Bnf)

Source : Rmn (Chantilly, Musée Condé)

Source : Rmn (Chantilly, Musée Condé)

Source : Rmn (Chantilly, Musée Condé)

Source : Rmn (Chantilly, Musée Condé) François II, musée CondéFrançois II, musée Condé

 François II

 

 

 

 

 

 

 François II

 

 

François II (BnF)Tous ces portraits sont identifiés par une inscription qui se trouve sur le bord supérieur ou inférieur de la feuille. Certains ont fait l'objet de répliques ou de copies.

Source : (Paris, BnF)

 

 

 

 

 

 

 

Le dauphin François, Havard art museumPortrait du dauphin François à l'occasion de son mariage avec Marie Stuart en 1558

Voir à propos des portraits des Clouet, Alexandra Zvereva  (notamment Alexandra Zvereva, « La genèse du portrait de Henri III », in Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard et Guy Poirier (dir.), Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006, pp. 56-65).

Source de l'image (Harvard art museum)

 

 

Francois_IIPortrait en pied du dauphin François

Source de l'image : Bridgeman Images (Collection of the Earl of Pembroke, Wilton House)

Le portrait est aujourd'hui accompagné par celui du duc Charles III de Lorraine, otage de la cour de France, et élevé aux côtés du dauphin. 

 

 

François II par Léonard Limousin (musée du Louvre)Portrait du dauphin François par Léonard Limosin

Source : Insecula (Paris, musée du Louvre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Andelot à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le roi François II

 


François II par François Clouet, BnFPortrait de François II dessiné par François Clouet à l'occasion de son avènement au trône de France le 10 juillet 1559.

Source de l'image : (Paris, Bibliothèque nationale de France)

François II succède à son père quelques jours après l'accident tragique de ce dernier lors du tournoi de la rue saint-Antoine. Il n'a que quinze ans. 

Le jeune prince va régner seize mois et c'est finalement, cet unique portrait qui va subsister de lui en tant que roi. 

François II, ChristiesUne peinture vendue chez Christie's en 2005 semble reprendre le dessin. Le costume est reproduit à l'identique mais il reste à confirmer qu'il s'agisse d'une oeuvre de cette époque.

C'est un petit portrait qui fait pendant à un portrait de son épouse Marie Stuart, représentée beaucoup plus jeune.

Source de l'image : Christie's (vente du 7 septembre 2005 à Londres)

 

François II et Marie Stuart dans le livre d'heures de Catherine de Médicis, BnFLe dessin de François Clouet a fait l'objet de nombreuses reprises (notamment dans les galeries de portraits du XVIe et XVIIe siècle). Il sert de modèle au portrait du roi dans le livre d'heures de Catherine de Médicis où François et Marie Stuart sont représentés côte à côte. Deux copies du dessin se trouvent à la BnF.

Source : (Paris, BnF)

François II, BnfFrançois II, BnFSource : (Paris, BnF)

Source : (Paris, Bnf)

 

 

 

 

04_Francois_II_NGS_v2Portrait en émail de François II conservé à la Galerie nationale d'Écosse

Source : (National Galleries of Scotland)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Francois II, Kunsthistorisches museumCe portrait officiel va marquer l'iconographie post-mortem de François II et servir de modèle à une série de portraits qui pour la plupart datent du XVIIe siècle. Le jeune roi est parfois representé avec une fraise (image ci-contre), alors que c'est un accessoire qu'il n'a pas vraiment connu, du moins pas sous une forme aussi développée.

 

Source des images : (Vienne, Kunsthistorisches museum) ; Bridgeman Images (Collection privée) ; Hampel (Vente du 22 septembre 2006 à Munich) ; LiveAuctionneers ; Valoir-Pousse-Cornet (Vente du 8 novembre 2020 à Blois) ; National Trust Collections (Anglesey Abbey, Cambridgeshire)

Anglesey Abbey,


François IIFrancois II, HampelVente de Valoir_Pousset_Cornet_2020Francois II

Posté par Andelot à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

A8__Fran_ois_IICe portrait de François II est le seul portrait peint que nous connaissons de lui à l'heure actuelle.

Il est évidemment à rapprocher des portraits de ses frères Charles et Henri réalisés un an plus tard, avec le même type de costume. A cause de cette similitude, je me suis longtemps posé la question de savoir si ce portrait représentait bien François II. D'une part, nous ne connaissons pas le dessin qui en a servi de modèle, d'autre part, la ressemblance avec les portraits de Charles IX est saisissante. Enfin dernier point d'interrogation : Quel est le modèle de ce portrait ? La physionomie est trop différente du dessin de Clouet pour que cela soit François Clouet qui l'ait fait. 

Conclusion, j'adhère à l'identification traditionnelle de ce portrait, mais je me permet de garder un doute.

Source (Chantilly, musée Condé)

Posté par Andelot à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les portraits ultérieurs


Comme les portraits de François II sont rares, je propose de mettre ici les portraits posthumes.

A11__Fran_ois_II_et_Marie_Stuart__portrait_posthume_Il y a la très belle miniature du livre d'heures de Catherine de Médicis où François est représentée au côté de son épouse. Le portrait ne fait que reprendre le dessin de Clouet.

A12__Fran_ois_II___posthume_Il existe un très beau portrait en pied de François II au parlement anglais, probablement réalisé au XIXe siècle.

Source

A13__Fran_ois_II_par_Rauch_CharlesIl y a enfin un portrait réalisé par Charles Rauch pour le musée Louis-Philippe de Versailles. Le portrait ne fait que reprendre le visage du portrait peint de Chantilly.

Source (Paris, musée de l'armée)

Posté par Andelot à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 déc. 07

Erreurs en série sur François d'Alençon

 


alenconIl existe un certain nombre de faux portraits de François d'Alençon, c'est-à-dire des portraits qui représentent une autre personne que lui, mais identifiée à lui par erreur. C'est le cas de ceux-là.

Le premier portrait représente un homme portant un costume du milieu des années 1560. Non seulement, il possède des traits physiques très éloignés de ceux d'Alençon mais en plus à cette date le prince n'est encore qu'un enfant.

Même remarque pour les deux autres qui m'ont l'air d'être deux personnages identiques, mais les costumes qu'ils portent, n'appartiennent pas à l'époque de François d'Alençon.

alencon_3alencon_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)

Individu par Corneille de LyonCe portrait-ci est l'oeuvre de Corneille de Lyon. Il représente un homme du règne de François Ier ou d'Henri II. En aucun cas, il ne peut s'agir de François d'Alençon. Outre le costume d'une autre époque, les traits du visage sont très éloignés de ceux du prince.

 

 

 

 

 

 

 

 Individu identifié a AlençonCet autre portrait est également censé représenter François d'Alençon. Le costume correspond parfaitement au modèle, mais les traits du visage sont-ils ceux de François ? Personnellement, j'en doute.

A confirmer.

Peut-être faut-il rapprocher ce tableau des portraits allemands car le collier qu'on aperçoit, est le genre de collier porté outre-Rhin.

Posté par Andelot à 19:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 févr. 08

Identification d'un portrait qui pourrait être Marguerite de Valois


Portrait d'une princesse, BnFAujourd'hui, je pose les problématiques d'un portrait dont il reste à déterminer l'identité. Je les expose ici afin que chacun puisse se faire un jugement personnel.

C'est un dessin qui se trouve à la BnF et qui représente une jeune fille habillée dans un costume des années 1560. Traditionnellement, il est suposé représenter Elisabeth de France, fille d'Henri II et reine d'Espagne. Or la comparaison avec d'autres portraits rend cette attribution impossible. La jeune femme représentée lui ressemble assez peu. En outre, chronologiquement, Elisabeth devait être déjà en Espagne quand ce portrait a été tiré.

Vu l'âge du modèle, je propose d'y voir Marguerite de Valois.

Comparaison avec les MargueriteSi on fait une comparaison avec d'autres portraits de Marguerite, on s'aperçoit qu'on retrouve le même nez, la même bouille, les mêmes yeux, etc.

Est-ce donc Marguerite de Valois ? Je serais tenté de dire oui.

Mais alors quelle date lui donner ? 1565 ? Marguerite aurait douze ans environ.

Posté par Andelot à 19:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 mars 08

Henri IILes portraits d'Henri II

En dépit de l'image maussade véhiculée par l'historiographie du roi, le règne d'Henri II est bien celui de la Renaissance française qui ait brillé avec le plus d'éclat et de raffinement. Moins enclin à l'élévation intellectuelle que ne l'était son père le roi François Ier, Henri II reste un monarque épris des arts et conscient du pouvoir qu'il peut en tirer. De fait, les portraits du roi sont relativement nombreux et conçus sur des supports très variés.

Marié à Catherine de Médicis, il est le père de dix enfants légitimes. Ce sont ces dix enfants qui font l'objet de ce blog. Mort accidentellement en 1559, il n'a pas eu vraiment l'occasion de les voir grandir et de les connaître. 

Galerie de portraits de Henri II

Posté par Andelot à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le duc d'Orléans


Henri d'Orléans, musée CondéHenri d'Orléans, musée CondéPortrait d'Henri d'Orléans réalisé par Jean Clouet vers 1524

Né en 1519, Henri est le deuxième fils du roi François Ier.

Le dessin est le résultat d'une demande faite par le roi d'avoir le portrait de ses cinq enfants. Il en existe une copie à la BnF.

Si le dessin a servi de modèle à la peinture, l'artiste a développé sur le tableau les détails du costume. Il a rajouté à l'enfant des bras et lui fait porter un petit chien. Le couvre-chef a également été modifié.

Source : Rmn et Rmn (Chantilly, musée Condé)

Henri d'Orléans à la cour du roi François, musée CondéLe petit duc d'Orléans apparaît sur une miniature peinte au début des années 1530, représentant une lecture faite par Antoine Macault à la cour du roi François.

Le roi se tient assis sous un dais et derrière une table sur lequel se tient un singe. Il est entouré de plusieurs courtisans parmi lesquels, on peut reconnaître le connétable de Montmorency. A gauche, sont représentés les trois fils du roi. Henri se tient au milieu, entre ses deux frères, le dauphin François et Charles.

Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)

 

 

 

Henri d'Orléans à l'âge de seize ans environ, musée du LouvrePortrait d'Henri d'Orléans en 1535

Il s'agit d'un d'un très beau portrait où le futur Henri II est encore représenté habillé selon l'ancienne mode avec la grande toque et les cheveux longs. Il a environ seize ans.

(Paris, musée du Louvre)


 

 

 

 

Henri d'Orléans, galerie EstensePortrait d'Henri d'Orléans par Corneille de Lyon 

Lors du séjour de la cour à Lyon en 1536, le peintre a eu l'occasion de portraiturer de nombreuses personnalités de la cour dont le prince Henri qu'il a peint, revêtu d'une armure.

Le duc d'Orléans a environ 17 ans. Il vient d'être marié à Catherine de Médicis. La même année, son frère le dauphin François meurt, faisant de lui, l'héritier légitime du trône.

L'identification du portrait a été plusieurs fois remise en cause et aujourd'hui le doute subsiste1. Représenterait-il le dauphin François ou le frère cadet Charles ?

Source : Wikimedia commons (Modène, galerie Estense)


Notes

1. Hervé Oursel et Julia Fritsch (dir.), Henri II et les arts : Actes du colloque international, École du Louvre et Musée national de la Renaissance-Écouen, 1997, La Documentation Française, 2003, p. 25. Anne Dubois de Groër a maintenu l'identification au prince Henri (Corneille La Haye, dit Corneille de Lyon, Arthéna, 1997, p. 133).

 

Posté par Andelot à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]