18 sept. 07

Le roi François II

 


François II par François Clouet, BnFPortrait de François II dessiné par François Clouet à l'occasion de son avènement au trône de France le 10 juillet 1559.

Source de l'image : (Paris, Bibliothèque nationale de France)

François II succède à son père quelques jours après l'accident tragique de ce dernier lors du tournoi de la rue saint-Antoine. Il n'a quinze ans. 

Le jeune prince va régner seize mois et c'est finalement, cet unique portrait qui va susbister de lui en tant que roi. 

François II, ChristiesUne peinture vendue chez Christie's en 2005 semble reprendre le dessin. Le costume est reproduit à l'identique mais il reste à confirmer qu'il s'agisse d'une oeuvre de cette époque.

C'est un petit portrait qui fait pendant à un portrait repréentant son épouse Marie Stuart, représentée beaucoup plus jeune.

Source de l'image : Christie's (vente du 7 septembre 2005 à Londres)

 

François II et Marie Stuart dans le livre d'heures de Catherine de Médicis, BnFLe dessin de François Clouet a fait l'objet de nombreuses reprises (notamment dans les galeries de portraits du XVIe et XVIIe siècle). Il sert de modèle au portrait du roi dans le livre d'heures de Catherine de Médicis où François et Marie Stuart sont représentés côte à côte. Deux copies de seconde main se trouvent également à la BnF.

Source : (Paris, BnF)

François II, BnfFrançois II, BnFSource : (Paris, BnF)

Source : (Paris, Bnf)

Posté par Andelot à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


A8__Fran_ois_IICe portrait de François II est le seul portrait peint que nous connaissons de lui à l'heure actuelle.

Il est évidemment à rapprocher des portraits de ses frères Charles et Henri réalisés un an plus tard, avec le même type de costume. A cause de cette similitude, je me suis longtemps posé la question de savoir si ce portrait représentait bien François II. D'une part, nous ne connaissons pas le dessin qui en a servi de modèle, d'autre part, la ressemblance avec les portraits de Charles IX est saisissante. Enfin dernier point d'interrogation : Quel est le modèle de ce portrait ? La physionomie est trop différente du dessin de Clouet pour que cela soit François Clouet qui l'ait fait. 

Conclusion, j'adhère à l'identification traditionnelle de ce portrait, mais je me permet de garder un doute.

Source (Chantilly, musée Condé)

Posté par Andelot à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les portraits ultérieurs


Comme les portraits de François II sont rares, je propose de mettre ici les portraits posthumes.

A11__Fran_ois_II_et_Marie_Stuart__portrait_posthume_Il y a la très belle miniature du livre d'heures de Catherine de Médicis où François est représentée au côté de son épouse. Le portrait ne fait que reprendre le dessin de Clouet.

A12__Fran_ois_II___posthume_Il existe un très beau portrait en pied de François II au parlement anglais, probablement réalisé au XIXe siècle.

Source

A13__Fran_ois_II_par_Rauch_CharlesIl y a enfin un portrait réalisé par Charles Rauch pour le musée Louis-Philippe de Versailles. Le portrait ne fait que reprendre le visage du portrait peint de Chantilly.

Source (Paris, musée de l'armée)

Posté par Andelot à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 déc. 07

La troisième couronne


 

Henri III en prière au pied du Christ en CroixHenri III en prière au pied du Christ en Croix, peinture retrouvée sur le marché de l'art en 2014.

Il s'agit d'un tableau qui avait appartenu au musée du Louvre mais qui avait disparu depuis la Seconde guerre mondiale. Lorsque j'avais publié cet article en 2007, je n'avais mis en illustration que la photographie en noir et blanc trouvée dans un vieux catalogue du musée datant de 1923 (image ci-dessous à droite). Depuis 2014, le tableau a réintégré les collections du Louvre.

Source : Jean Guiffrey, La peinture au musée du Louvre: Ecole Française, Paris, illustration, 1923 (Paris, musée du Louvre)

Henri III au pied du calvaire, musée du Louvre

Henri III était un homme très pieux, surtout dans les dernières années de sa vie. Sa foi très profonde l'amenait parfois à s'isoler du monde. Il se retirait dans des couvents pour méditer et pendant plusieurs jours, la cour n'avait plus de nouvelles de lui.

Henri III considérait que les malheurs qui s'abattait sur son royaume était causés par ses péchés. De la même manière que Jésus est mort sur la croix pour le salut du monde, il considérait qu'il devait offrir ses souffrances à Dieu pour le salut de ses sujets. Les ossements humains, placés sur le tableau au pied de la croix (mememto mori) rappellent l'égalité de l'homme devant la mort. Henri III, agenouillé, revêtu de son manteau d'hermine semé de fleur de lys, s'humilie devant Dieu.

Sa foi profonde nous est rappelée par sa devise Manet ultima caelo (la dernière m'attend au ciel). Elle rappelle qu'Henri a été plusieurs fois rois, en faisant référence aux deux couronnes qu'il a portées, celle du royaume de Pologne et celle du royaume de France. La troisième couronne est celle qu'il doit recevoir après sa mort auprès de Dieu.

 


Article mis à jour en juillet 2015

 

Posté par Andelot à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Henri III et la messeHenri III représenté dans La messe de la Ligue

Il s'agit de l'extrait d'un tableau rempli de problématiques que j'espère bientôt développer plus en détail ici.

Source : ? (Rouen, musée des Beaux-arts)

Posté par Andelot à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La_ressurection_du_Christ_de_CaronLa résurrection du Christ d'Antoine Caron

Antoine Caron est un peintre maniériste connu pour ses peintures allégoriques. Dans cette toile datée de 1594, des historiens voient dans le visage du Christ, le portrait d'Henri III. Cette interprétation a fait l'objet d'un article intéressant dans la Gazette des Beaux-arts.

L'oeuvre est à replacer dans le contexte des victoires d'Henri IV. Après les années terribles qui ont suivi l'assassinat d'Henri III, la monarchie reprend progressivement le contrôle de la situation. La Ligue est écrasée par les forces royales et ce tournant constitue une sorte de résurrection pour la trône de France. En peignant le portrait d'Henri III dans le visage du Christ réssuscité, Antoine Caron aurait voulu lancer un dernier hommage à celui qui avait été si misérablement assassiné.

Source : Base Joconde (Beauvais, musée départemental de l'Oise)

Posté par Andelot à 23:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 déc. 07

Erreurs en série sur François d'Alençon


alenconIl existe un certain nombre de faux portraits de François d'Alençon, c'est-à-dire des portraits qui représentent une autre personne que lui, mais identifiée à lui par erreur. C'est le cas de ceux-là.

Le premier portrait représente un homme portant un costume du milieu des années 1560. Non seulement, il possède des traits physiques très éloignés de ceux d'Alençon mais en plus à cette date le prince n'est encore qu'un enfant.

Même remarque pour les deux autres qui m'ont l'air d'être deux personnages identiques, mais les costumes qu'ils portent, n'appartiennent pas à l'époque de François d'Alençon.

alencon_3alencon_2

Individu par Corneille de Lyon










Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)

Ce portrait-ci est l'oeuvre de Corneille de Lyon. Il représente un homme du règne de François Ier ou d'Henri II. En aucun cas, il ne peut s'agir de François d'Alençon. Outre le costume d'une autre époque, les traits du visage sont très éloignés de ceux du prince.








Individu identifié a AlençonCet autre portrait est également sensé représenter François d'Alençon. Le costume correspond parfaitement au modèle, mais les traits du visage sont-ils ceux de François ? Personnellement, j'en doute.

A confirmer.

Peut-être faut-il rapprocher ce tableau des portraits allemands car le collier qu'on aperçoit, est le genre de collier porté outre-Rhin.

Posté par Andelot à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 févr. 08

Identification d'un portrait qui pourrait être Marguerite de Valois


Portrait d'une princesse, BnFAujourd'hui, je pose les problématiques d'un portrait dont il reste à déterminer l'identité. Je les expose ici afin que chacun puisse se faire un jugement personnel.

C'est un dessin qui se trouve à la BnF et qui représente une jeune fille habillée dans un costume des années 1560. Traditionnellement, il est suposé représenter Elisabeth de France, fille d'Henri II et reine d'Espagne. Or la comparaison avec d'autres portraits rend cette attribution impossible. La jeune femme représentée lui ressemble assez peu. En outre, chronologiquement, Elisabeth devait être déjà en Espagne quand ce portrait a été tiré.

Vu l'âge du modèle, je propose d'y voir Marguerite de Valois.

Comparaison avec les MargueriteSi on fait une comparaison avec d'autres portraits de Marguerite, on s'aperçoit qu'on retrouve le même nez, la même bouille, les mêmes yeux, etc.

Est-ce donc Marguerite de Valois ? Je serais tenté de dire oui.

Mais alors quelle date lui donner ? 1565 ? Marguerite aurait douze ans environ.

Posté par Andelot à 19:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 mars 08

Henri IILes portraits d'Henri II

En dépit de l'image maussade véhiculée par l'historiographie du roi, le règne d'Henri II est bien celui de la Renaissance française qui ait brillé avec le plus d'éclat et de raffinement. Moins enclin à l'élévation intellectuelle que ne l'était son père le roi François Ier, Henri II reste un monarque épris des arts et conscient du pouvoir qu'il peut en tirer. De fait, les portraits du roi sont relativement nombreux et conçus sur des supports très variés.

Marié à Catherine de Médicis, il est le père de dix enfants légitimes. Ce sont ces dix enfants qui font l'objet de ce blog. Mort accidentellement en 1559, il n'a pas eu vraiment l'occasion de les voir grandir et de les connaître. 

Galerie de portraits de Henri II

Posté par Andelot à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le duc d'Orléans


Henri d'Orléans, musée CondéHenri d'Orléans, musée CondéPortrait d'Henri d'Orléans réalisé par Jean Clouet vers 1524

Né en 1519, Henri est le deuxième fils du roi François Ier.

Le dessin est le résultat d'une demande faite par le roi d'avoir le portrait de ses cinq enfants. Il en existe une copie à la BnF.

Si le dessin a servi de modèle à la peinture, l'artiste a développé sur le tableau les détails du costume. Il a rajouté à l'enfant des bras et lui fait porter un petit chien. Le couvre-chef a également été modifié.

Source : Rmn et Rmn (Chantilly, musée Condé)

Henri d'Orléans à la cour du roi François, musée CondéLe petit duc d'Orléans apparaît sur une miniature peinte au début des années 1530, représentant une lecture faite par Antoine Macault à la cour du roi François.

Le roi se tient assis sous un dais et derrière une table sur lequel se tient un singe. Il est entouré de plusieurs courtisans parmi lesquels, on peut reconnaître le connétable de Montmorency. A gauche, sont représentés les trois fils du roi. Henri se tient au milieu, entre ses deux frères, le dauphin François et Charles.

Source : Rmn (Chantilly, musée Condé)

 

Henri d'Orléans à l'âge de seize ans environ, musée du LouvrePortrait d'Henri d'Orléans en 1535

Il s'agit d'un d'un très beau portrait où le futur Henri II est encore représenté habillé selon l'ancienne mode avec la grande toque et les cheveux longs. Il a environ seize ans.

(Paris, musée du Louvre)


 

 

 

 

 

 

Henri d'Orléans, galerie EstensePortrait d'Henri d'Orléans par Corneille de Lyon 

Lors du séjour de la cour à Lyon en 1536, le peintre a eu l'occasion de portraiturer de nombreuses personnalités de la cour dont le prince Henri qu'il a peint, revêtu d'une armure.

Le duc d'Orléans a environ 17 ans. Il vient d'être marié à Catherine de Médicis. La même année, son frère le dauphin François meurt, faisant de lui, l'héritier légitime du trône.

L'identification du portrait a été plusieurs fois remise en cause et aujourd'hui le doute subsiste1. Représenterait-il le dauphin François ou le frère cadet Charles ?

Source : Wikimedia commons (Modène, galerie Estense)


Notes

1. Hervé Oursel et Julia Fritsch (dir.), Henri II et les arts : Actes du colloque international, École du Louvre et Musée national de la Renaissance-Écouen, 1997, La Documentation Française, 2003, p. 25. Anne Dubois de Groër a maintenu l'identification au prince Henri (Corneille La Haye, dit Corneille de Lyon, Arthéna, 1997, p. 133).

 

Posté par Andelot à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]